La littérature a beaucoup évolué depuis ses débuts et ce jusqu’à présent. Les lecteurs actuels sont fascinés par son histoire mais également par les grands écrivains et écrivaines qui l’ont façonné au fil des siècles. Il existe de nombreux faits intéressants qui englobent la littérature. Pour quelles raisons les poèmes de Rimbaud sont-ils parfois écrits par Verlaine ? Dans ses manuscrits, Oscar Wild a-t-il délibérément censuré certains passages ? Est-il vrai que Gatsby le magnifique possède un côté plus sombre dans ses premières apparitions dans les écrits de F. Scott Fitzgerald ? Quels sont les messages cachés disséminés par Percy Shelley dans ses manuscrits ?

Recueils, manuscrits, œuvres : les coulisses de la littérature

Hormis les livres classiques permettant aux auteurs de publier leurs récits entrainants, il existe d’autres canaux de communications que les lecteurs affectionnent particulièrement à savoir les carnets de notes, les manuscrits, les brouillons, etc. La plupart du temps, on découvre des chapitres encore inédits qui révèlent une tout autre facette du récit. Parfois, on trouve des dessins griffonnés par l’auteur qui décrit les traits des personnages illustrés dans les livres. Ces découvertes créent un effet de surprise et un tourbillon d’émotion qui transportent les lecteurs. Les ratures ne sont pas non plus rares et indiquent souvent le mal-être de l’auteur, ses craintes, ses doutes et ses peurs.

Dans un élan de colère et de frustration, les ratures peuvent quelquefois déchirer la feuille. Avoir un manuscrit sous la main est une sensation à la fois perturbante et source de joie car on tient alors un bout du patrimoine littéraire dans une version à la fois intime et inédite. À travers ces documents uniques, on a accès à des informations détaillées sur la manière dont les auteurs qui peaufinent leurs œuvres. Les manuscrits et les brouillons sont une invitation à entrer dans l’intimité de ses grands noms de la littérature. Autrement dit, on interpelle les coulisses d’un acte dont l’apothéose sera des plus grandioses. Retrouvez tous ces œuvres majeures sur le site de www.lessaintsperes.fr/.

Histoire de la littérature

La littérature offre des œuvres splendides et uniques en leurs genres. Il existe des œuvres intemporelles qui transcendent la notion de temporalité. Ils construisent en fonction d’autres œuvres. C’est ainsi qu’est née la notion de périodisation. En matière de périodicité, on note que le raisonnement se fait par la mise en place de repères par rapport à des évènements particuliers de l’histoire. Les premiers écrivains ayant compris ce principe sont les écrits canoniques de la période ultérieure à Aristote. On retrouve ainsi un prélude, une continuation ainsi qu’une finalité. De tout temps, les œuvres de grandes envergures ont toujours été sujettes à la controverse.

Dans les situations les plus virulentes, les auteurs font l’objet de conjonction en justice et même d’exil. C’est notamment le cas de certaines œuvres majeures comme les Fleurs du mal ou encore les Contemplations. Étonnement inscrit sur une même période, d’illustres génies littéraires incontestés comme Baudelaire ou Victor Hugo se font connaître par leurs récits transcendants et révolutionnaires. Les romans contemporains parus à cette période ont pour la plupart connu un accueil hostile de la part des critiques. L’opinion publique a d’abord été mitigée mais les mentalités ont rapidement évolué.

Les grands chamboulements du monde de la littérature

Les grandes œuvres de la littérature apparues il y a quelques siècles ont complètement bouleversé les codes profondément établis. Des auteurs avant-gardistes comme Charles Baudelaire ne cessent de défier l’ordre établi et instaure un vent de changement dans les mentalités. Ces œuvres singulières font l’effet d’un électrochoc chez la communauté littéraire. Les ouvrages devenus de grands classiques comme Madame Bovary ou encore la tentation de Saint Antoine crént les débats et beaucoup de frictions entre les parties. Les auteurs sont solidaires.

Les idées formulées dans les œuvres font l’effet d’une bombe. Les lecteurs prennent vite goût à ces romans et à ces œuvres littéraires à la fois osées et pertinentes. Une nouvelle ère se peaufine alors à l’horizon. Il s’agit d’une période où les genres et les codes sont complètement chamboulés. Les idées conformistes et orthodoxes sont tout simplement bafouées. Le terme analyste devient une arme meurtrière contre tous les critiques qui s’efforcent de maintenir une certaine stabilité. Une âme moderne habite ainsi la plupart des œuvres de cette période. Dans des ouvrages intemporels comme le Spleen de Paris, on y dénonce la laideur d’une société qui n’a que la « possession » aux lèvres.

Fac-similés : des recueils intimes et uniques

Il faut savoir que les auteurs de la renaissance, du Siècle des lumières, du romantisme jusqu’au dandysme possèdent des manuscrits où ils inscrivent les premières lignes de leurs récits, essai ou roman. Aujourd’hui, ces précieux manuscrits sont reproduits à l’identique sous forme de fac-similé. Ils sont notamment destinés aux lecteurs. De ce fait, ils peuvent tenir en main la version la plus proche de l’œuvre originale de leurs choix. Beaucoup de spécialistes effectuent un travail d’orfèvre sur la reproduction graphique de ces œuvres. Ainsi, les lecteurs peuvent avoir un manuscrit avec tous les détails d’écritures qui sont repris à la perfection.

Les reproductions sont tellement réalistes que même l’encre paraît fraichement séchée. Le travail graphique permet ainsi d’obtenir des finitions à couper le souffle pour le plaisir des acheteurs. Il n’est pas non plus rare que les écrivains comme Jacques Prévert, Jean Couteau ou encore Molière laissent des dessins sur leurs manuscrits. Certains d’entre eux ont surement déjà songé à une carrière d’artistes. Dans son roman, la Belle et la bête, Jean Couteau n’hésite pas à laisser des indices sur les traits des personnages et sur leurs allures générales.