Selon les psychologues, les expériences émotionnelles négatives vécues par l’une des parties d’une relation peuvent affecter le développement de la relation. Des attitudes telles que le sentiment de possession et la jalousie excessive, sont le résultat d’une insécurité profonde, qui trouve généralement son origine dans les relations familiales pendant l’enfance. Les personnes ayant ce type de comportement à l’âge adulte ont généralement eu une enfance et une adolescence difficiles et probablement des relations difficiles avec leurs parents et leurs proches.

La jalousie est un sentiment humain, mais elle devient un problème à partir du moment où elle cesse d’être un sentiment sporadique et devient une obsession constante.

Une relation doit être considérée comme un moyen d’ajouter des valeurs positives à votre vie. Il sert à avoir de la compagnie et du soutien dans diverses situations tout au long de la vie, mais il ne peut pas devenir une “béquille” pour combler les besoins émotionnels causés par des traumatismes ou des pertes antérieurs. Nous devons respecter l’individualité de l’autre, et comprendre qu’il existe un ensemble de facteurs qui font d’une personne ce qu’elle est. Ces facteurs sont liés à son passé, ses amitiés, les expériences qu’il a vécues et d’innombrables autres détails qui ne peuvent être contrôlés par son partenaire.

Examinons le processus de possessivité et de jalousie pathologique comme un cycle. Une faible estime de soi et un manque d’amour-propre font que la personne se considère comme inférieure, plus laide, moins intelligente ou moins performante. Ces sentiments d’infériorité entraînent une insécurité dans les relations dans lesquelles cette personne s’engage.

Cette insécurité concerne principalement la crainte de perdre l'”objet” bien-aimé – dans ce cas, le partenaire. Le jaloux commence à croire qu’il “ne mérite pas d’être aimé” et, par conséquent, sera échangé contre quelqu’un de mieux. L’insécurité, à son tour, génère la méfiance : la personne commence à soupçonner une trahison et considère les faits quotidiens de la relation comme de gros problèmes. Plus la méfiance à l’égard d’un “échange” imminent est grande, plus l’estime de soi est faible – et ainsi le cycle recommence, s’approfondissant de plus en plus.

Mais que faire pour faire face à des sentiments aussi complexes ?

1 – Prenez soin de votre estime de soi

La maxime selon laquelle il faut d’abord s’aimer soi-même et ensuite être aimé par les autres s’applique parfaitement ici. Faites une liste de vos principales qualités et collez-la quelque part de visible – ce pourrait être le miroir ou le mur devant l’ordinateur, l’idée est de la voir plusieurs fois par jour pour se rappeler ce qui est très bien chez vous.

Tout le monde a des défauts, même les personnes qui réussissent, qui sont belles et gentilles. L’astuce est d’apprendre à vivre avec eux, en essayant de les améliorer quand c’est possible, mais sans martyriser pour les posséder. Votre doigt est tordu ? Ronflement ? Est-elle maladroite ? Trouvez vos défauts et riez, moquez-vous. Rien ne vaut la bonne humeur – et ses effets à long terme sont merveilleux pour l’estime de soi.

Les hommes aiment aussi les femmes de haut vol. Au lieu de vous mettre en colère parce qu’une belle femme est passée et que son petit ami a regardé dans le coin, faites un commentaire humoristique sur ce qui s’est passé. Il vous admirera davantage et la qualité de la relation s’améliorera, sans ces discussions idiotes et inutiles.

2 – Libération

Il faut le dire clairement : les êtres humains regardent ce qui attire l’attention. Tu regardes, tes amis regardent, l’oncle de la boulangerie regarde, même ton père regarde. Pourquoi, alors, serait-ce différent avec votre petit ami ?

Il n’y a rien d’extraordinaire à admirer ce qui est évidemment beau, à ne pas exiger de son partenaire qu’il soit indifférent aux autres femmes. S’intéresser davantage au respect lui-même. Nous ne disons pas que vous devez ou ne devez pas pardonner des trahisons concrètes, car c’est une affaire personnelle. Mais ne faites pas un scandale parce qu’il a regardé un cul, ou parce qu’il a dit qu’il pense que Megan Fox est un chat. Savoir faire la différence entre ce qui est irrespectueux et ce qui est simplement une condition humaine.

3 – Le Contrôle de soi

S’il arrive – il arrivera – de constater qu’une situation x n’était pas un manque de respect mais qu’on a quand même envie d’entamer une discussion, comptez jusqu’à mille – ou dix mille. Chantez mentalement une chanson, baisez vos ongles, lisez un livre, n’importe quoi. Faites preuve de maîtrise de soi. C’est difficile, mais avec le temps, vous remarquerez que vous devenez une personne plus détendue et moins anxieuse, ce qui est un avantage pour l’être aimé et surtout pour votre propre santé.

4 – Rechercher une aide professionnelle

Si, même après avoir essayé les étapes précédentes, vous vous rendez compte que vous n’avez pas pu avancer, il est toujours valable de demander l’aide d’un bon thérapeute. Certains traumatismes et besoins sont tellement stigmatisés dans l’esprit qu’il est difficile de s’en débarrasser seul. Un psychologue ou un psychothérapeute peut vous aider à mieux voir les causes de votre insécurité et à trouver la meilleure façon de la traiter.