Les militants syriens favorables à la démocratie bravent actuellement la mort Des rassemblements ont lieu sous le slogan : « La mort plutôt que l’humiliation ». Un mot d’ordre que le pouvoir syrien a pris au premier degré puisque les forces de sécurité ont déjà fait plusieurs milliers de morts et des blessés.

Parmi les victimes, on trouve de nombreux enfants, comme Hamza al-Khateeb qui est devenu un symbole en mourant sous la torture à l’âge de 13 ans.

Les opposants n’ont de cesse de rappeler que leurs manifestations sont »pacifiques », une réponse au régime qui, depuis le début de la révolte, le 15 mars, refuse d’admettre l’ampleur de la contestation et attribue les violences à des »groupes terroristes armés ». Selon les comités locaux de coordination, les manifestations se poursuivront « tous les jours jusqu’à la chute du régime ».

Ce manifestant a dessiné sur ces mains le slogan : « Oui à la liberté, non à la violence »